Vivre en Angleterre, l’experience de Soumaya, ExpatVie #3

Vivre en Angleterre, l’experience de Soumaya, ExpatVie #3

mars 27, 2019 1 Par Mcflyvoyage

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour une 3eme interview d’expatrié sur comment vivre en Angleterre. C’est Soumaya, artiste, qui nous emmène découvrir la vie au Royaume Uni.

Contrairement aux 2 précédents entretiens, je ne la connaissais pas avant, du coup je vais simplement te laisser te présenter en quelques mots.

Salut! Je suis artiste plasticienne auto-entrepreneuse et je me suis expatriée en Angleterre il y a tout juste un an. Plus précisément à Leicester, une ville à la population extrêmement variée. Je suis partie en ayant jamais visité une seule fois le pays. Et pourtant, c’était un choix bien réfléchi !

J’ai quitté la France le jour de mes 30 ans (oui c’est très intéressant) et je suis originaire de Haute-Savoie où j’y ai toute ma famille encore aujourd’hui, plus précisément au bord du lac Léman, en vallée, vue sur les montagnes des Alpes.

Tout d’abord, pourquoi avoir quitté la France ?

Parce que je ne m’y sentais plus à ma place. J’ai toujours voulu explorer le monde. J’ai eu la chance de beaucoup voyager dans mon enfance et je ne me suis jamais senti “rattaché” à un endroit en particulier. D’origine marocaine, née en France, n’ayant pratiquement aucune famille en dehors de l’Europe et n’ayant que très peu visité le Maroc, je n’ai jamais ressenti ce lien particulier que peuvent ressentir ma génération face à leur pays d’origine. Je me suis longtemps demandé pourquoi.

Je n’ai jamais vraiment su d’où je venais. Je ne me suis jamais senti ni française ni marocaine. Je ne saurais dire pourquoi. J’ai toujours su au fond de moi que je pourrais vivre n’importe où. Par contre je reste profondément attachée au lieu où je suis née.

Aujourd’hui je suis une femme musulmane qui s’assume et dans mon cheminement personnel j’aspirais à un ailleurs, où la vie serait plus sereine et où les expériences de la vie que je souhaite avoir de tout mon cœur ne soit pas freinées par quoi que ce soit.

J’ai pensé à de nombreux pays avant de choisir de m’installer en Angleterre (dont de nombreux pays d’Asie ) et le choix a été fait quand une opportunité s’est présentée tout simplement.

Et je ne suis pas certaine d’y rester pour être honnête même si je penses que l’expérience ne fait que commencer.

Et justement cette expérience bien que proche géographiquement de la France, ça t’as donné envie d’aller encore plus loin?

Exactement. J’ai pu savoir ce que j’attendais d’un tel voyage car cela reste un voyage en soi même si nous avons une routine de vie. Chaque jour est une découverte. Chaque détail, chaque rencontre. Et ça m’a permis de me rendre compte que je sais m’adapter rapidement. Je le savais déjà, mais le vivre c’est en prendre réellement conscience. Je penses que cela m’a enlevé une certaine crainte de la découverte.

Nous avons toujours en nous une forme de dualité d’envie d’explorer et à la fois une forme de peur de l’inconnu. Cette expérience me montre que nous sommes capables de patienter face à certaines choses et à d’autant plus m’attacher à l’essentiel. Je penses avoir aussi énormément appris sur mon caractère et sur la vision du monde d’autre personnes.

Bien que proches géographiquement, je trouve que la France et l’Angleterre sont différents sur de très nombreux points. Je reste très attachée à la France et surtout à l’endroit où je suis née. Et c’est ce lieu très “naturel” et mon éducation qui me donnent d’autant plus envie d’aller voir encore plus loin. Je ne me pose pas trop de questions, je savoure le moment intensément et nous verrons bien ce que l’avenir nous réserve. J’agis mais je me laisses aussi énormément porter par le vent…

vivre en angleterre
Du superbe travail à retrouver sur sa page Instagram @soumaya_latelierblanc

En quoi justement la France et l’Angleterre sont différents ?

Sans rentrer dans les détails de la vie quotidienne comme les robinets d’eau chaude et d’eau froide séparés (ce qui n’est pas à négliger pour certaines situations) ainsi que le fait de conduire à gauche, la plus importante différence pour moi c’est l’acceptation des différences. Et quand je parles de différences je parle autant du handicap physique que de la tenue vestimentaire par exemple ou des opinions.

J’ai la sensation, et ceci est purement subjectif, que j’ai encore plus d’opportunités et d’envies réalisables ici. J’ai pu étudier longtemps en France mais je sais que si j’avais vécu en Angleterre j’aurais eu l’espoir d’intégrer d’autres fonctions qui n’étaient juste par “pensables” et réalisables en France pour une jeune femme voilée.

Il faut être réaliste sur le fait qu’il y a des personnes qui ont de l’aversion pour toute forme de vie humaine différente de la leur partout dans le monde, mais je dois dire qu’en Angleterre j’en ai croisé peu pour le moment. Je précise que je vis dans une ville très diversifiée en terme de population et peut être que cela n’est pas le cas partout dans ce pays. En tant que musulmane voilée, je ne peux qu’être admirative par le travail fait par les musulmans d’Angleterre et également par les anglais eux-même.

Que se soit dans l’administration, les entreprises, les écoles.. vous pouvez être vous-même. Je n’ai pas l’impression de faire partie d’une minorité qu’il faille blâmer, juger sans procès et de devoir peser mes mots à chaque instant.

Je sais que l’on acceptera pas forcément mes propos, mais je peux être qui je suis, parler de ce que je veux sans avoir peur de froisser quiconque. Quand vous allez dans une administration, louer une maison ou inscrire vos enfants dans des établissements, se sont les personnes qui vous reçoivent qui vont tout faire pour vous mettre à l’aise. Ils vous parleront des possibilités qu’offrent la structure face à vos attentes en tant que musulmans par exemple.

Aucune gêne. Tout est dans le respect. Et pour moi le respect est la base de toute chose. J’ai réellement la sensation que l’on essaye de nous comprendre. Non pas accepter mais comprendre. Sans caricature ou manque de respect Et c’est déjà un immense pas.

vivre en angleterre

Nous avons toujours en nous une forme de dualité d’envie d’explorer et à la fois une forme de peur de l’inconnu

Et justement après avoir vécu tout ça, t’as pas peur de revenir vivre définitivement en France? Pourquoi ne pas rester vivre en Angleterre justement ?

Très sincèrement, plus les jours passent plus le fait de revenir en France devient impensable pour moi. Pourtant les débuts en Angleterre n’ont vraiment pas été tout rose. Je me suis vraiment posée la question assez rapidement car je n’arrivais pas à communiquer en anglais et cela me stressais énormément. Mon niveau d’anglais était quasiment nul si ce n’est nullissime (j’ai eu 7 en anglais au bac..).

Et en arrivant je ne savais absolument rien dire si ce n’est les bases les plus infimes. J’ai eu quelques soucis de santé qui m’ont fait être hospitalisé un mois, et là miracle,j’ai appris à parler. Je pense que quand nous sommes dans des situations improbables et où nous n’avons plus le choix, notre cerveau se met en mode “attaque” (un peu comme Pikachu mais dans notre cerveau en fait) et donc je me suis découvert des capacités incroyables.

D’ailleurs durant ce séjours j’ai pu découvrir le système de santé anglais mais c’est une autre affaire. 

Du coup, je me sens désormais plus sereine face à la question de rester en Angleterre. En France je n’ai jamais eu de soucis pour m’exprimer et cela me rassurait énormément. J’avoue avoir pris une grande claque en arrivant.

Mais aussi appris à communiquer sans honte, à oser parler car le but était seulement de se faire comprendre. Je ne me sens vraiment plus “disponible” à retrouver l’ambiance française.. Bien sur la vie peut être douce en France. Mais sincèrement je ne suis pas masochiste, pour moi quand j’ai eu la possibilité d’être plus sereine face à mes propres choix et pour l’avenir de mes enfants ailleurs, alors pourquoi je n’aurais pas tenté l’expérience.

Bien sur la famille manque et c’est un déchirement sans nom. Mais parfois dans la vie nous devons prendre des choix et en assumer les conséquences. Je le répète j’ai soif de voir ailleurs donc l’Angleterre oui, mais pour toujours je ne sais pas. Cependant il faut aussi penser à la stabilité des enfants donc bon..

Et du coup comment s’est passer ton installation sur place niveau administratif ?

Je me souviens de mon premier entretien administratif la première semaine où je suis arrivée, je m’en suis très bien sorti. Certes c’était assez bancal, je cherchais mes mots et je faisais des phrases vraiment basiques, mais je m’en suis sortie. Et pour le reste, mon mari était là, il est pratiquement bilingue. Il existait aussi une structure pour aider les expatriés. Elle a fermé mais je sais que cela existe.

Je suis également très disponible et active sur les forums et autres pages Facebook d’entraide. C’est très important.

Pour les enfants, je n’avais à l’époque que la plus grande qui a aujourd’hui 3 ans et je viens seulement de la mettre à la crèche. Ici l’école ne commence qu’à 4 ans. D’ailleurs je ne conseillerais pas à quelqu’un de s’expatrier s’il n’a pas un minimum d’argent de côté et/ou un travail. Du moins pour l’Angleterre. Mon mari a eu une opportunité de travail, il est ingénieur, donc c’était forcément plus “évident” même si cela n’a tout de même pas été tout rose tout rose les premières semaines. Le temps de bien s’adapter et de régler les tonnes de paperasses.

Le Brexit a changé quelque chose au niveau du visa ?

Pour le moment non et la situation est très délicate. Puisque les politiques n’arrivent pas à trouver d’accord pour sortir de l’Europe en “bons termes”, la situation reste vraiment instable. Normalement oui nous serons amené à demander des visas régulièrement. Mais j’avoue que si vraiment cela se concrétise je serais amenée à clairement revoir mon installation ici sur le long terme. Y réfléchir très sérieusement.

Je vois, avant dernière question qui est la question d’un abonné, est ce que tu sais pourquoi les communautés sont répartis par quartier ?

Elles ne le sont pas. Du moins oui il y a clairement des “tendances” avec des quartiers à “majorité composé de.. “. Mais sinon je ne trouves pas. Bien sur autour des mosquées par exemple les musulmans vont être plus présents dans les habitations, autour des temples les Sikhs et indous etc. Mais sinon j’ai la sensation que la diversité est présente partout, du centre ville aux zones résidentielles plus excentrées où nous avons choisi de vivre après avoir vécu en centre ville. La construction des villes n’est pas comparable à la France. C’est plus portée sur le modèle américain. Une zone plus “d’affaire” en centre ville. Puis des habitations “moyennes”. Et plus vous vous éloignez plus vous trouvez les zones residentielles. Ensuite je pense que c’est humain, on se rapproche beaucoup des personnes à qui l’on pense ressembler “culturellement “. Moi ça n’a jamais été ma volonté car je ne me sens un peu de “partout et de nulle part” à la fois donc cela ne me gêne pas d’habiter un peu dans tous les quartiers.

C’est bon d’avoir la vision de quelqu’un qui y vis, honnêtement je pensais aussi que c’était par quartier.

Dernière question, classique, sublimonde qu’est ce que ça t’évoque ?

L’aventure et l’envie d’échanger, de découvrir, de partager. J’aime flâner sur les blogs d’aventurier des temps modernes, et j’aime aussi énormément le faire via les vidéos YouTube de personnes vivants à l’étranger. Je trouves cela réellement passionnant. Les derniers d’articles que tu as fais sont vraiment enrichissants et me permettent de nourrir encore plus ma soif d’aventure.

Merci beaucoup pour le temps accordé à Sublimonde.fr !

J’espère que cet entretien vous aura plu et qu’il répondra à vos questions. Pour le prochain entretien ou voudriez vous partir? Dites le moi en commentaire!