Une ascension originale du mont Fuji.

Une ascension originale du mont Fuji.

août 6, 2019 5 Par Mcflyvoyage

Ce qui va suivre n’est ni un guide informatif pour gravir le mont Fuji mais un récit de voyage de notre ascension assez particulière ou absolument rien ne laissait présager que nous arriverons à temps sur le toit du Japon pour le lever du soleil.

Aout 2015, Shizuoka, Japon.

Mise en place et “préparatifs”

Cette histoire prend place il y a exactement 4 ans au moment ou j’écris cet article. Lors de mon premier voyage au Japon, j’ai rejoins un ami pour 1 semaine. Une fois à Tokyo, on se dit pourquoi ne pas faire l’ascension du mont Fuji? Et c’est tout simplement en y pensant que nous décidions de le faire. Nous avions entendu parler d’une ville du nom de Shizuoka situé à environ 1h30 de Tokyo et assez proche du Fuji. Dans cette ville se trouve une petite communauté musulmane, c’est comme ca que nous l’avons trouvé. Nous prenons contacte avec eux et nous nous y rendons. Une fois sur place, le responsable nous accueil dans leur petit salle de prière, nous dit que nous pouvons l’utiliser pour dormir et nous parle des lieux d’intérêts de la ville.

A la fin de notre journée nous rencontrons un étudiant qui nous explique un peu comment aller jusqu’au Mont Fuji, comment se passe l’ascension etc. Il nous emmène également chez Uniqlo histoire d’acheter quelque vêtements chaud puisque évidemment nous n’avons absolument rien de plus chaud qu’un simple gilet. Le lendemain nous partirons donc du sentier de Fujinomiya, qui est apparemment la station la plus accessible.

Froid, randonnée et levé de soleil

Nous partons donc de Shizuoka Station pour arriver à Fujinomiya station vers 19h30 dans l’espoir d’avoir le dernier bus emmenant à la 5eme station, point de départ de l’ascension.

Pas de bus, le debut de la galère.

Bon voila, une fois sur place, on trouve une gare deserte, le dernier bus était aux alentours de 17h et absolument rien ne montera si haut ce soir. Meme lorsque l’on se renseigne auprès de 2 policiers, ils rigolent lorsqu’ils comprennent que l’ont veux faire l’ascension du mont Fuji. Il nous faut vite réagir, il est déjà presque 20 heures. Avant d’arriver au Japon j’avais passé 1 mois en Chine dans des conditions assez difficile, donc c’était vraiment pas ca qui allait me faire abandonner. Surtout que mon ami repart en France dans quelques jours, impossible donc de décaler. Nous décidons de marcher en direction de la 5eme station sans vraiment savoir combien de temps cela nous prendra.

Après une breve pause dans un 7/11 histoire de prendre quelques provisions, nous continuons, en tendant le pouce cette fois ci, après tout, nous n’avons rien à perdre non? Et c’est payant, au bout de 5 minutes une voiture s’arrête! Un jeune couple nous avance de plusieurs kilomètres et c’est à ce moment que l’on se rend compte qu’a pied ca aurait été impossible d’arriver à temps à pied. Ils nous déposent à une station de taxi ou nous en partagerons un avec 2 japonais. Il nous emmènera directement à la 5eme station, le point de départ de l’ascension du mont Fuji.

Lac Kawaguchi
Fuji san de puis le lac Kawaguchi

L’ascension du Fuji, les choses sérieuses commencent.

Nous y sommes enfin, après cette grosse frayeur, sur le mont Fuji! Il nous reste maintenant le plus difficile, le gravir. La montée est censée prendre 6 heures depuis ce point. Il faut absolument que nous la fassions plus rapidement si nous souhaitons être à l’heure pour le lever du soleil. On commence rapidement, à un rythme assez élevé. Nous n’avons évidemment aucune lampe avec nous ce qui rend la montée moins plaisante, nous devons être plus prudent. Quasiment aucune pause jusqu’au sommet. Quasiment.

Voyant que nous avons rattrapé notre retard, nous nous arrêtons à quelques centaines de mètres du sommet. Et la pris de fatigue on s’endort, contre des rochers, à meme le sol. Il est peut être 3h 3h30 du matin. Pris d’un sursaut je me reveille et aperçois au loin un fiiiiiiiiin fil de lumière, je reveille brusquement mon pote, il ne faut pas qu’on tarde plus que ca. Au final on arrivera à temps au sommet, 3776 mètres d’altitude, le soleil se lève sur le toit du pays du soleil levant. Le spectacle est vraiment impressionnant et cela malgré la petite foule présente. Cependant, le froid nous oblige à quitter le cratère après 15/20 minutes pour nous réchauffer dans un des refuges. Si vous prévoyez l’ascension du Fuji, venez réellement équiper pour en profiter pleinement. Perso j’étais en baskets usés, un survêtement, un teeshirt, un pull a manche longue et un gilet. Clairement pas assez.

Fuji
Skypea existe.

Le sommet aura été atteint en 3h ou 4h, une belle performance non?

Redescente, et retour en ville.

La redescente est pour ma part assez agréable. Plus de pression d’arriver à l’heure, on peut y aller tranquillement. Le jour se lève progressivement sur le mont Fuji ce qui laisse apparaitre une mer de nuage, une spectacle presque aussi impressionnant que le lever de soleil. L’inconvenient du sentier Fujinomiya c’est que le chemin de descente et de montée sont les memes. Du coup beaucoup de gens se croisent. Un peu plus bas mon ami est pris de vomissements et de maux de tête. Le changement d’altitude, l’effort physique et l’alimentation moyenne sont surement responsable. Nous arrivons à la 5eme station et cette fois ci, nous avons un bus. Mauvaise surprise par contre, mon téléphone ne s’allume plus, pourtant il n’a reçu aucun choc. Lui aussi a du souffrir de l’altitude.

Au final …

Au final, bien que cela reste une experience incroyable, je ne conseille pas de le faire non preparé . Préparez votre excursion comme il se doit, ne serait-ce que la tenue chaude.

Le mont Fuji reste unique, le gravir est un accomplissement, si bien que malgré que les japonais disent que celui qui le gravit une fois est un sage, celui qui le gravit 2 fois est un fou, j’ai bien envie de l’être.